Le 3 juillet 321, l’empereur Constantin promulgue le dimanche comme jour de repos hebdomadaire dans l’Empire romain.

0
87
En 324, il jette son dévolu sur la ville de Byzance fondée 990 ans plus tôt par des colons grecs venus de Mégare. La ville prend alors le surnom de seconde Rome..

En 324, il jette son dévolu sur la ville de Byzance fondée 990 ans plus tôt par des colons grecs venus de Mégare. La ville prend alors le surnom de seconde Rome..

A la tête d’un empire multi-religieux et même largement peuplé de païens, Constantin ordonne aux sujets de l’Empire de se reposer le dimanche, le jour du Dieu Soleil. Les langues anglaise (Sunday) et allemande (Sonntag) ont d’ailleurs conservé cette idée.

Les premiers chrétiens qui observaient originellement leur repos hebdomadaire le jour du Shabbat (du vendredi soir au samedi à la tombée de la nuit), avaient déjà commencé pour certains à le remplacer par le dimanche, jour de la résurrection du Christ. En 364, le concile de Laodicée interdit enfin aux chrétiens d’observer le shabbat sous peine d’anathème. C’est d’ailleurs sous l’impulsion de la religion chrétienne que le dimanche continuera d’être consacré comme jour de repos hebdomadaire en Europe. Du Moyen-Age à la Révolution Française, les autorités politiques continueront de faire observer le dimanche comme jour de repos et de prière en enjoignant notamment au peuple l’obligation de se rendre à la messe (Edit de Nantes, 1598) ou aux employeurs et à leurs salariés d’observer les fêtes religieuses de l’Eglise (règlement de police du 8 Novembre 1782).

RÉPONDRE

Merci de renseigner votre commentaire
Merci de renseigner votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.