Connaissez-vous bien l’Épiphanie ?

0
64
photo d’iZA.

La galette des Rois est une galette traditionnellement vendue et consommée en France, au Québec, en Acadie, en Suisse, au Luxembourg, en Belgique et au Liban à l’occasion de l’Épiphanie

La galette des rois pourrait tirer son origine des Saturnales (fêtes romaines sur la fin du mois de décembre et au commencement de janvier), les Romains désignaient un esclave comme « roi d’un jour ». Les Saturnales étaient en effet une fête d’inversion des rôles afin de déjouer les jours néfastes de Saturne, divinité chthonienne. Au cours du banquet (au début ou à la fin des Saturnales, selon les différentes époques de la Rome antique) au sein de chaque grande familia, les Romains utilisaient la fève d’un gâteau comme pour tirer au sort le « Saturnalicius princeps » (Prince des Saturnales ou du désordre)
.

Cela permettait de resserrer les affections domestiques et donnait au « roi d’un jour » le pouvoir d’exaucer tous ses désirs pendant la journée (comme donner des ordres à son maître) avant d’être mis à mort, ou plus probablement de retourner à sa vie servile. Pour assurer une distribution aléatoire des parts de galette, il était de coutume que le plus jeune se place sous la table et nomme le bénéficiaire de la part qui était désignée par la personne chargée du service

Jadis, l’usage voulait que l’on partage la galette en autant de parts que de convives, plus une. Cette dernière, appelée « part du Bon Dieu », « part de la Vierge » ou « part du pauvre » était destinée au premier pauvre qui se présenterait au logis

L’emploi de la fève remonte aux Grecs, qui en utilisaient pour l’élection de leurs magistrats. Les Romains se servant du même moyen pour élire le maître des Saturnales, l’Église combattit longtemps cette coutume païenne – avant de remplacer la graine par l’enfant Jésus, longtemps cherché par les Rois mages

Dans le Sud de la France, la galette des Rois est nommée gâteau des Rois : une brioche de forme torique, parfumée à l’essence de fleur d’oranger et recouverte de sucre et de fruits confits. Il est également appelé « galette des rois », « couronne des rois » ou « royaume » et s’oppose à la galette à la frangipane, appelée « galette parisienne », qui y est toutefois également consommée par une partie de la population :

RÉPONDRE

Merci de renseigner votre commentaire
Merci de renseigner votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.