Dématérialisation de la quête, le diocèse de Paris innove.

0
49


Le diocèse de Paris poursuit ses expériences de dématérialisation de la quête.
L’Église catholique à Paris cherche à s’adapter aux nouvelles technologies pour anticiper la disparition progressive des espèces et éveiller les paroissiens à de nouveaux réflexes. Dimanche 21 janvier, le premier panier connecté de quête en France sera testé à l’église Saint-François de Molitor, paroisse du 16ème arrondissement de Paris. En parallèle, 8 nouvelles paroisses parisiennes rejoindront l’expérience de la quête dématérialisée en proposant l’application La Quête, comme le font déjà 8 autres paroisses depuis octobre 2016 au sein du diocèse de Paris.
Qu’est-ce que la quête ? C’est un geste concret d’offrande et de partage qui se fait pendant la messe, au moment de l’offertoire, avant la célébration de l’eucharistie. La quête n’a pas d’abord un sens économique ; cette offrande pour la vie de la communauté symbolise la communion mutuelle entre les fidèles du Christ.L’argent donné est une offrande spirituelle. Il n’y a pas de montant fixé. Chacun est libre.

Que représente financièrement la quête à Paris ? Les ressources des paroisses de Paris et du diocèse de Paris relèvent à 79 % de la générosité des fidèles. La quête constitue 14 % de cet apport. Cela représente environ 98 € en moyenne par an par fidèle.

Le contexte de la dématérialisation : nous assistons depuis plusieurs années à une dématérialisation croissante des moyens de paiement. Billets et pièces sont remplacés par les cartes de paiement sans contact, les applications mobiles, les paiements en ligne… Le constat est simple : toute une génération utilise de moins en moins billets et pièces de monnaie, nombreux sont ceux qui, le dimanche, assistent à une messe sans avoir, à disposition, quelques pièces pour la quête. Peu anticipent ce moment, et regrettent juste, au moment voulu, de ne pouvoir participer à cette offrande.

Face à ce processus en marche, l’Église a décidé de s’adapter à ces nouvelles technologies et d’accueillir de façon créative les nouveaux usages, tout en respectant les spécificités des offices et de la liturgie.

RÉPONDRE

Merci de renseigner votre commentaire
Merci de renseigner votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.