Entretien avec Pascal Bataille : “ Le théâtre m’est apparu comme un véritable espace de liberté ”

0
69

Pascal Bataille, connu pour ses activités d’animateur et de producteur de télévision, se lance dans la production théâtrale. Il nous parle de son nouveau projet “Le Palace se plie en 4” : investir un grand théâtre parisien pendant une saison et monter 4 comédies jouées simultanément.

LCDL. Pourquoi vous lancez-vous dans la production théâtrale ?

P.B. J’aime le théâtre depuis toujours, à lire et à voir. J’avais envie de me frotter à la production théâtrale depuis longtemps. J’ai fait le tour de la production télé après 20 ans… J’avais envie de me lancer ce nouveau défi. Deux choses ont précipité ma décision. D’une part, j’ai ressenti un ras-le-bol de la télévision… qu’il n’y avait plus assez de possibilité de création. La télévision est un monde de plus en plus formaté et codifié, alors que le théâtre m’est apparu comme un véritable espace de liberté. D’autre part, ce fut ma rencontre avec Rémi Rosello. Il y a deux ans, Rémi a imaginé une mécanique de production d’une vraie intelligence : investir un théâtre pendant une saison et monter quatre pièces simultanément (dans l’idéal deux créations et deux reprises de grands succès de ces trente dernières années). C’est un projet que j’ai jugé extrêmement pertinent et malin. Ce fut le déclic. Nous avons ensuite travaillé ensemble à l’amélioration de ce projet. Rémi et moi formons un tandem complémentaire : il connait cet univers et j’apporte mon expérience de producteur de télévision. Béotien, j’apporte un regard neuf, une autre façon de communiquer et d’envisager la promotion, et l’anticipation d’un certain nombre de choses que la télévision m’a apprises.

LCDL. Parlez-nous de votre projet.

P.B. Nous l’avons appelé “le Palace se plie en 4”. L’idée est de proposer un éventail de quatre pièces ayant des tonalités différentes, vers lesquelles nous essayons d’attirer un public le plus large possible avec la volonté de permettre à chacun de s’ouvrir à des spectacles qu’il ne serait peut-être pas venu voir spontanément. Les pièces vont se jouer 4 fois par semaine chacune, soit 16 représentations par semaine, 7 jours sur 7, une vraie nouveauté dans le théâtre !

Nous voulons donner envie au spectateur d’être curieux et d’élargir son spectre habituel de goût. Dans un monde aujourd’hui sinistré et sinistre, nous voulons créer une émulsion et proposer en ce début 2016 (NDLR : date de lancement 15 janvier 2016) un rayon de soleil grâce à des comédies variées. Nous comptons reproduire ce projet tous les ans au Palace ou dans un théâtre différent avec de nouvelles pièces.

LCLD. Comment comptez-vous inciter les spectateurs à découvrir les autres pièces proposées ?

P.B. Nous comptons diffuser des bandes annonces des pièces de théâtre dans le hall, par exemple, lors de l’attente des ouvreuses. Ensuite un Monsieur Loyal (NDLR : un maitre de cérémonie) fera, avant chaque lever de rideau, une petite présentation de la pièce qui va se jouer, mais aussi des autres pièces programmées dans le théâtre. Et enfin, par une politique commerciale : nous proposons des tarifs dégressifs pour les personnes qui souhaitent voir plusieurs pièces !

“En cette période où la culture et le divertissement sont attaqués, c’est notre façon de faire un pied de nez”

LCDL. Quel est le fil directeur de ces pièces ?

P.B. La comédie, l’idée de se divertir en s’enrichissant de nouveaux univers car chacune de ces pièces a de vraies qualités. On voudrait que ce programme ambitieux soit contagieux dans son énergie. Nous l’avons préparé bien avant les évènements de novembre mais nous l’avons conçu en plein « Charlie ». Ce projet est avant tout du divertissement. Au lieu de programmer une seule pièce, nous en programmons quatre. Dans cette période où la culture et le divertissement sont attaqués, c’est notre façon de faire un pied de nez.

LCDL. Comment avez-vous choisi ces 4 pièces de théâtre ?BOBO

P.B. Cette année, nous programmons trois reprises et une création. Nous avons établi avec Rémi une liste des plus beaux succès de ces trente dernières années, et dieu sait comme il y en a ! Nous y avons pioché une vingtaine de pièces qu’on avait envie de reprendre et de revisiter, au travers d’une nouvelle mise en scène, une nouvelle distribution et un nouveau décor. Quant à la création, nous lisons depuis deux ans énormément de pièces avec notre comité de lecture composé de cinq personnes. L’idée est de chercher des auteurs connus ou méconnus qui nous proposent des pièces intéressantes, malignes, actuelles, sans nous mettre un cahier des charges trop précis en amont. Il se trouve que nous avons prévu comme première création, une pièce écrite par Rémi, “Welcome à Saint-Tropez”, qui est très intéressante et bien inscrite dans son époque. Nous sommes en train de sélectioner pour octobre prochain des pièces très différentes, toutes aussi éclectiques, tout en restant dans cet univers de la comédie.

LCDL. Quelle est la force de ce projet ?

P.B. La principale force de ce projet repose sur ce coté “festival”, dans un grand théâtre mythique parisien, avec quatre pièces jouées simultanément. Il n’y a pas de spectacle majeur, nous les défendons tous et chacun aurait pu être seul à l’affiche. Il s’agit d’un vrai projet entrepreneurial qui fait travailler 22 comédiens, 4 metteurs en scène, 4 attachés de presse et une dizaine de techniciens pendant 5 mois.

LCDL. Toujours dans cette ambition d’attirer un public toujours plus large au théâtre, que proposez-vous d’innovant ?

P.B. Nous proposerons des lunettes à réalité augmentée mises au point par la société Atos, qui permettent d’avoir, dans son champ de vision, des sous-titres en français ou dans d’autres langues. Cette nouvelle technologie, très innovante, s’adresse aux personnes sourdes ou malentendantes mais aussi à une population étrangère qui ne se rend pas au théâtre à Paris parce qu’elle ne parle pas notre langue.

“Je pense qu’il faut donner une prime à l’ambition et à la prise de risques”

LCDL. Si vous deviez donner envie aux lecteurs de voir les pièces du “Palace se plie en 4”… Que leur diriez-vous ?

P.B. Ce sont 4 comédies drôles et très bien écrites, mises en scène par de grands professionnels. Un casting aux petits oignons composé de comédiens à forte notoriété comme Laurent Gamelon, Popeck, Danièle Evenou, Laurence Oltuski ou encore Zinedine Soualem ainsi que de très bons comédiens appréciés du grand public comme Jean Dell ou Stéphane Boucher. Nous avons également des acteurs moins connus mais tout aussi extraordinaires. Sans compter un très beau décor signé Adra Bataille.

Je pense qu’il faut donner une prime à l’ambition et à la prise de risques. Nous proposons quelque chose d’original et de décalé. J’espère que les spectateurs nous récompenseront… Et s’ils hésitent encore… il faudra aller voir les commentaires des spectateurs sur les sites spécialisés, en espérant que nos pièces soient plébiscitées.

Propos recueillis par C.V

RÉPONDRE

Merci de renseigner votre commentaire
Merci de renseigner votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.