Exposition/Aubagne : Les Éclaireurs du Ciel par Véronique Duplan

0
6

A l’occasion du centenaire de la Grande Guerre, le centre d’art contemporain Les Pénitents Noirs d’Aubagne nous fait partager le rêve d’Icare, à travers l’histoire des dirigeables et les découvertes technologiques qui en ont découlé. La talentueuse dessinatrice-graveur Véronique Duplan y a installé ses merveilleux dessins…
Découvrez ici les coulisses et tous les détails de cette passionnante exposition qui se poursuit jusqu’au 26 janvier 2019.

La Première Guerre mondiale, l’ossature des dirigeables, les ailes et la peau qui les recouvrent, les dessins de Véronique Duplan. C’est en substance l’ensemble de ce qui est proposé aux visiteurs avec l’exposition 14-18. Les Éclaireurs du Ciel. Une proposition artistique, scientifique, historique, une exposition pluridisciplinaire où tout est lié, avec cohérence et où le visiteur va pouvoir se construire une histoire, son histoire en se promenant d’une discipline à l’autre, du scientifique à la poésie et à l’art.

Les commémorations de la Grande Guerre offrent ainsi l’opportunité de mettre à l’honneur une partie de l’histoire d’Aubagne en présentant ce qu’a été la base d’aérostation du quartier Coulin, entre Aubagne et Gémenos. Le contexte militaire situe et explique le rôle de la base entre 1916 et 1922. En 1914 l’armée française possède cinq dirigeables et sept ballons captifs. Ces dirigeables vont jouer un rôle important pendant le conflit en permettant le transport de plusieurs tonnes de bombes, pour devenir ensuite des engins repris par la Marine Nationale afin de protéger les côtes en repérant les navires et sous-marins ennemis
Mise en scène par Coralie Duponchel, l’exposition présente des objets du quotidien qui illustrent l’engouement populaire pour cette découverte, de la montgolfière au dirigeable. « Cette exposition, je l’ai construite, explique Coralie Duponchel, à la manière des albums de découverte que je feuilletais enfant. » Les dessins de Véronique Duplan participent de cet émerveillement. Loin d’illustrer le propos, ils entraînent le visiteur dans le monde si difficile de la guerre mais aussi dans celui du rêve généré par l’idée même de voler. Ses dessins à la plume plein de minutie n’occultent jamais le support qui les accueille, le papier. Sans cadre, l’artiste travaille le « minuscule » presque de manière obsessionnelle. Véronique Duplan parle d’archéologie, de traces, du passage des hommes sur terre. Elle nous fait rêver par la présence d’oiseaux, témoins de la circulation du vivant dans le paysage.
Pour plus d’informations sur l’exposition

RÉPONDRE

Merci de renseigner votre commentaire
Merci de renseigner votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.