Jean Gabin : Une Âme française

0
11

Jean Gabin, à l’état civil Jean Gabin Alexis Moncorgé, est né le 17 mai 1904 à Paris  et mort le 15 novembre 1976 à Neuilly-sur-Seine.

Commençant sa carrière comme chanteur de revue et d’opérette, il s’impose ensuite à l’écran, devenant une figure incontournable du cinéma français, avec sa « Gueule d’amour », tournant avec les réalisateurs importants de l’entre-deux-guerres comme Julien Duvivier ou Jean Renoir. Après la guerre, où il s’est engagé au sein des Forces françaises libres, comme marin, d’abord naviguant, puis servant à partir de janvier 1945 comme chef de char au sein du régiment blindé de fusiliers-marins, il connait tout d’abord une période creuse en termes de succès, puis, à partir de 1954 et de la sortie de Touchez pas au grisbi, il devient un « pacha » au physique imposant et au regard sombre incarnant la plupart du temps des rôles de truands ou de policiers, toujours avec la même droiture, dans des films bien souvent dialogués par Michel Audiard.

Sa filmographie dénombrant 95 films, compte un nombre important de classiques, parmi lesquels Gueule d’amourLa Bête humainePépé le MokoLe Quai des brumesLa Grande IllusionUn singe en hiver, Le ChatLe Pacha ou La Traversée de Paris. Il tourne avec la plupart des grands acteurs du cinéma français de l’époque dont certains, comme Lino VenturaBernard BlierJean-Paul Belmondo ou Alain Delon, sont ses amis. Acteur populaire, il a attiré plus de 161 millions de spectateurs dans les salles au cours de sa carrière d’après-guerre, auxquels il faut ajouter ses nombreux succès parmi sa trentaine de films d’avant-guerre.

Par patriotisme, il s’engage, en avril 1943, dans les Forces navales françaises libres du général de Gaulle pour libérer son pays. Embarqué comme canonnier chef de pièce sur l’escorteur de pétrolier L’Élorn, il traverse l’Atlantique en convoi à destination de Casablanca, attaqué au large par des sous-marins et par des avionsallemands aux approches de la Méditerranée et au large du cap Ténès. Volontaire au Régiment blindé de fusiliers-marins, il prend sur sa demande des fonctions de chef de char, à bord du Souffleur II, sous les ordres de l’enseigne de vaisseau et futur vice-amiral André Gélinet. Il appartient alors au 2e escadron du régiment blindé de fusiliers-marins de la célèbre 2e division blindée du général Leclerc.

Au printemps 1945, il participe à la libération de la poche de Royan puis à la campagne d’Allemagne qui le conduit au Nid d’aigle d’Hitler à Berchtesgaden. À la fin de la guerre, il est décoré de la Médaille militaire et de la Croix de guerre.

RÉPONDRE

Merci de renseigner votre commentaire
Merci de renseigner votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.