Le Refuge : un havre de paix et de prévention des risques pour jeunes victimes d’homophobie

0
30

Le Refuge est une association française fondée en 2003 dont la vocation est d’offrir un hébergement temporaire et de soutenir les jeunes homosexuels majeurs victimes d’homophobie et de transphobie, notamment dans le cadre de leur propre cellule familiale2.

Le siège de l’association se situe à Montpellier, et se compose de dix-huit délégations départementales opérationnelles. Récemment, deux antennes ont ouvert leurs portes, l’une à Béziers, l’autre à Saint-Gaudens.

Le Refuge a principalement pour but d’accueillir les jeunes majeurs homosexuels de 18 à 25 ans, filles ou garçons, victimes d’homophobie et de transphobie, et de leur offrir un accompagnement social, médical et psychologique. L’association gère une ligne d’écoute conventionnée par le ministère de l’Intérieur, qui est disponible 24 h sur 24. En 2017, 4 258 appels sur la ligne d’écoute ont été enregistrés et 50 000 textos ont été échangés. Le Refuge peut également accueillir des mineurs âgés de 15 à 18 ans sur placement du juge des enfants. L’association propose aussi aux jeunes qui le souhaitent des actions de médiation visant à essayer de renouer les liens rompus avec la famille. Toujours en 2017, 280 jeunes ont été hébergés en appartements-relais ou en structures hôtelières (29 211 nuitées).

11 délégués régionaux sont nommés par le Conseil d’Administration :

  • Clio Léonard, déléguée Île-de-France,
  • Jérémie Dekeister, délégué Auvergne-Rhône-Alpes,
  • Rémy Rego, délégué PACA,
  • Serge Perrody, délégué Occitanie,
  • Jean Wallon, délégué Hauts-de-France,
  • Dominique Gozillon, déléguée Nouvelle-Aquitaine,
  • Thierry Grondin, délégué de Saint-Denis / Île de la Réunion,
  • Junel Guillaume-Kreel, délégué Grand Est,
  • Bernard Bressand, délégué Bourgogne-Franche-Comté,
  • Anne-Joëlle Chauvin, déléguée Bretagne,
  • Philippe Paumelle, délégué Normandie
  • En France, l’absence de réponse à ces appels de détresse est criant, surtout quand on sait que la majorité des tentatives de suicide surviennent au cours de l’adolescence alors que ces jeunes gens se trouvent isolés, sans groupe social d’appartenance et aux prises avec un rejet réel ou anticipé de la part du milieu familial.

https://www.le-refuge.org/

RÉPONDRE

Merci de renseigner votre commentaire
Merci de renseigner votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.