Le rêveur méthodique : Francesco Zorzi, un franciscain kabbaliste à Venise

0
20

On pourrait se croire dans une pièce de Shakespeare, Le franciscain de Venise. A l’aurore de la Renaissance, on croise Henri VIII, le roi d’Angleterre qui sollicite le droit de divorce d’avec sa première femme auprès du pape, dont les légats sont accompagnés d’un théologien de renom, philosophe de haut vol et kabbaliste par passion.

Petit à petit sort de l’ombre le personnage-titre, Francesco Zorzi (1466-1540) ou Francesco Giorgio Veneto. Parlant le latin, le grec et l’hébreu, familier des Saintes Ecritures autant que des textes néoplatoniciens, ce moine se passionne pour les écrits rabbiniques au point de posséder l’une des plus impressionnantes bibliothèques hébraïques. Fasciné par l’architecture et la possibilité de concevoir un bâtiment à l’image du corps humain, il collabore avec l’architecte Jacopo Sansovino à la conception de l’église de San Francesco della Vigna.

A travers cette figure énigmatique, qui connaît à merveille l’œuvre de Pic de la Mirandole, a lu Marsile Ficin et disputé les doctrines de Nicolas de Cues, c’est tout l’univers de l’humanisme renaissant que restitue Verena von der Heyden-Rynsch.

Editeur Gallimard

RÉPONDRE

Merci de renseigner votre commentaire
Merci de renseigner votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.