Les pratiques sexuelles en plein air séduisent toujours malgré le covid

0
103

Faire l’amour dans des endroits insolites, sexualité 2.0, exhibitionnisme, accessoires hot, sextape ou libertinage, dans le bureau de son PDG, sur un plateau télé, dans sa voiture : les pratiques sexuelles des Français ont fortement évolué. Focus sur les ébats amoureux qui font vibrer les Français…

Si le lieu des rapports sexuels contribue à l’excitation du moment, encore faut-il savoir ce que l’on cherche comme type de frissons. Le point G ? La stimulation de cette zone ultra érogène du vagin permettrait d’obtenir un orgasme décuplé. Pourtant, certains pensent qu’il n’existe pas, d’autres sont à sa recherche, bref le point G est toujours entouré de mystère. Pourtant, 76,7 % des habitants de Lorraine déclarent avoir trouvé le point G ! Les sondés de Poitou-Charentes sont aussi 73,3 % à l’avoir découvert. Un chiffre impressionnant quand certains doutent encore de l’existence de cette zone d’excitation propre à la femme. Par exemple, 35 % des Franciliens ne savent pas du tout où se trouve le fameux point G. Pire encore, 13,3 % des habitants de Basse-Normandie pensent que le point G est une utopie. Eh oui, désormais, l’amour ne se conçoit plus sans GPS !

Faire l’amour dans des endroits publics séduit toujours autant les Français.

60% des sondés ont fait l’amour dans une voiture.
20% des Français ont fait l’amour devant une fenêtre ou sur un balcon.
30% des sondés déclarent aimer faire l’amour dans des lieux publics sans aucune gêne.

L’entreprise, lieu de pouvoir érotique et aphrodisiaque

«Il est difficile de résister à une histoire d’amour car le milieu professionnel est par nature aphrodisiaque, explique Alain Samson, coach et auteur de “Sexe et flirt au bureau”(4). Au travail, on sort souvent des mêmes écoles, on partage les mêmes préoccupations, on emploie le même langage… Les points d’accroche sont donc faciles à trouver.» Sans compter qu’on est aussi à son avantage : on soigne particulièrement son apparence, et la plupart du temps on cherche à être performant, à défaut d’être le meilleur.

Source : sondage Ifop sur un échantillon de 1 113 personnes âgées de 18 à 69 ans.

RÉPONDRE

Merci de renseigner votre commentaire
Merci de renseigner votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.