Masturbation : les problèmes qui peuvent se poser

0
76


Positivons d’abord: Pou les hommes il permet de renouveler le stock de gamètes (spermatozoïdes), des études ont également tendance à prouver que la masturbation a un rôle favorable dans la prévention du cancer de la prostate (Eh oui dans ce cas c’est l’inactivité qui « tue »), Jouir fait secréter de la dopamine (hormone du plaisir) et a des effets bénéfiques sur le stress, la sociabilité,… Pour la femme (85%) c’est un moyen efficace de connaitre un orgasme, le pénis n’entrainant qu’un orgasme pour 30% environ.

Mais! Comme toute bonne chose l’excès est mauvais. On peut d’abord s’irriter les voies génitales, se transmettre certaines bactéries ou mycoses via des mains sales (candida albicans (mycose),…) Mais surtout la masturbation répétée à un effet défavorable sur l’érection et peut causer des érections molles (serait provoqué par l’habituation au cerveau à l’auto-plaisir) la masturbation est en cause dans une difficulté à déclencher l’éjaculation précoce . C’est la plupart du temps lié à la technique masturbatoire. Certaines techniques produisent des sensations très différentes de celles de la verge pratiquant des va-et-vient dans le vagin. Par exemple, certains hommes frottement un objet doux sur leur pénis, le coincent entre leurs jambes ou le pressent fortement sans pratiquer de va-et-vient… Avec la répétition de ces pratiques, le cerveau s’habitue à intégrer les sensations associées et à déclencher l’éjaculation à partir de ces sensations. Comme ce même cerveau ne retrouve pas les sensations qu’il connaît lors d’une relation sexuelle de couple, il ne sait plus déclencher une éjaculation au moment souhaité.

Même si la masturbation féminine n’entraîne pas de stérilité, elle peut cependant avoir une incidence sur la qualité de la fertilité si la masturbation est pratiquée de manière excessive. Les médecines traditionnelles considèrent en effet que l’énergie sexuelle est celle qui est la plus longue à produire par le corps. L’excès de stimulation de cette énergie pourrait donc conduire à un épuisement pouvant entraîner peu à peu une baisse de la qualité de la fertilité. Cependant, cette baisse d’énergie est assez moindre chez les femmes, car les substances fertiles les plus puissantes sont contenues dans les ovules. Il n’est donc pas nécessaire de s’inquiéter outre mesure concernant la pratique de la masturbation féminine, qui dans tous les cas, ne peut pas être cause de stérilité et peut au contraire apporter beaucoup de plaisir et de liberté aux femmes.

RÉPONDRE

Merci de renseigner votre commentaire
Merci de renseigner votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.