MIRACLE DE KIRIKOU par Alexandre Melnik

0
58

Croyez-vous aux miracles ? Pensez-vous qu’on peut ressusciter après sa mort ?

A ces questions, ma réponse à moi était non. Un non ferme et résolu. Mais c’était avant. Avant cette incroyable histoire d’un chaton que nous avons trouvé avec Jacqueline par hasard, en avril dernier, en plein centre de Dakar, à deux pas de la place de l’Indépendance.

Une microscopique boule de poils, à peine née, anémiée, déshydratée, couverte de vermine, les yeux purulents sur une tête plus grande que le reste de son corps. Nous avons failli lui marcher dessus, au milieu des détritus qui sentaient l’urine, sur le bord d’un trottoir, encombré par les voitures garées en tout désordre.

Il était né dans ce cloaque. C’était le seul endroit au monde qu’il connaissait, s’abritant derrière un bout de carton troué, recouvert de poussière et flottant au vent, où il devait attendre, effrayé par les bruits ambiants et le permanent danger de se faire écraser, sa maman qui venait le nourrir de temps en temps, sous le couvert de la nuit, comme nous l’a expliqué un passant, intrigué par notre curiosité pour ce malheureux être vivant que tout le monde ignorait en passant à quelques centimètres de lui.

C’était à la veille de notre départ de Dakar. Le lendemain, quand j’étais en cours, Jacqueline est retournée voir celui qu’elle avait appelé Kirikou. Il était exactement au même endroit et dans le même état. Apeuré, recroquevillé. Immobile. Elle l’a sorti de son misérable abri, a pris dans ses bras… son petit corps rachitique – rares poils sales gris sur les frêles os – s’est mit à trembler, son cœur battait fort, et ses yeux se sont un peu animés sans pour autant se rouvrir…

Jacqueline l’a emmené, dans une boîte de chaussure, chez le vétérinaire. Il fallait le trouver, le vétérinaire, dans une ville ou la protection des animaux domestiques est loin d’être la priorité.

Premier miracle : Dr. Fall s’est montré d’une compétence et d’une gentillesse exemplaires. Pourtant son verdict était sans appel :

– Je peux sauver ce chaton. Mais pour cela il me faudrait au moins une semaine de soins. Et pendant cette période vous devriez rester auprès de lui, car je n’ai pas de place pour lui dans mon cabinet et mon refuge déborde déjà de chats et de chiens qui y vivent.

– Une semaine ? – s’est exclamée Jacqueline. – Mais nous repartons pour Paris dans trois heures !

En fait, le choix qui s’est cruellement posé a elle était entre le retour de Kirikou à ses abominables conditions de la rue, l’improbable tentative de l’emmener en fraude en France avec le risque d’avoir un problème à la douane et …

 

– Qu’est-ce que nous pouvons donc faire ? – a-t-elle demandé, désespérée.

– Je ne vois malheureusement qu’une seule solution, – a répondu Dr. Fall avec compassion, mais d’un ton ferme. – L’euthanasie. Je vous garantis que tout sera fait dans la dignité.

Jacqueline était effondrée. Elle m’a appelé, j’ai interrompu mon cours en expliquant l’urgence aux étudiants. J’ai entendu mon épouse pleurer, j’avais aussi les larmes aux yeux… c’était notre aveu de terrible impuissance.

Huit mois ont passé depuis. Le souvenir de Kirikou nous hantait pendant tout ce temps-là, comme si nous nous sentions responsables de sa mort.

Des notre retour à Dakar, cette semaine, nous nous sommes précipités chez Dr. Fall. Sans aucun autre objectif qu’évoquer la mémoire de Kirikou.

– J’ai une chose importante à vous annoncer – a dit le vétérinaire. – Je voulais le faire avant, mais je n’avais pas vos coordonnées.

– Oui, bien sûr …

– Kirikou n’est pas mort !

– Pardon ?!

– Après que vous êtes partis, je l’ai lavé et soigné. Il a repris goût à la vie. Il était tellement heureux, tellement mignon… Je n’ai pas trouvé la force de l’euthanasier. Et par miracle … oui miracle … j’ai pu le placer dans une famille européenne à Saly.

Kirikou est vivant ! Kirikou est vivant, sauvé par l’amour !

Alors croyez-vous aux miracles ? Surtout à la veille de Noël ?

Moi, je commence à y croire. Le miracle de Kirikou m’a transfiguré. Vous n’y croyez toujours pas ? Regardez la photo de Kirikou dans la main de Dr. Gabi Fall.

Vive la vie !

RÉPONDRE

Merci de renseigner votre commentaire
Merci de renseigner votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.