Et le noir vient à la femme de Sophie Sainrapt

0
75
Photo : Woytek Konarzewski

Noirs de femmes est peut-être la révélation d’une période très spéciale, même s’il est certain que le noir doit arriver un jour à l’artiste. Mais les noirs de Sophie évoquent la volupté de l’ébène, comme pour inviter au voyage dans les sentiers très secrets des abysses de l’intime. Le noir est la couleur qui contient toutes les autres couleurs, la réussite du résultat relève de l’alchimie.

Entrons alors dans ces jardins par une porte dérobée, de nuit, quand tous les chats sont gris…

Dans cette série, l’artiste utilise des fusains-aquarelle, qu’elle estompe aussi avec de l’eau. Elle charge en noir, pour apporter à la peau du précieux papier asiatique, cette profondeur liquide qui donne l’intensité et la vibration contenue dans le pouls de ce flux que l’œuvre dévoile et raconte.

À quoi pense un peintre, quand il s’attaque au noir?

Chez Sophie le noir est probablement lié à cette quête de fouiller dans les entrailles du sens des choses. Le noir, la femme, le sexe et ses confidences sur fond d’atelier, il ne reste qu’à regarder, qu’à écarquiller les yeux pour entrer dans une réflexion originelle.

Courbet caressait son origine du monde, mais Sophie fait mieux encore, elle nous confie le code du grand mystère de notre sensualité la plus animale: miroir qui reflète notre image à l’état brut, dans ce cérémonial entièrement voué au sexe féminin, dans l’éblouissement que confèrent ses replis et ses vallons les plus inexplorés.

Mais que les mots sont pauvres, pour évoquer toutes les sensations, quand une œuvre vous bouleverse! Laissons les s’effacer devant le plaisir des sens que connaît bien l’amateur de cette forme d’expression artistique, dans ce besoin essentiel de retrouver le frisson.

Depuis l’été 2016, Sophie Sainrapt se consacre à temps plein à sa vie d’artiste, la liste de ses expositions est impressionnante :

• Traces de femmes, à l’Isle sur la Sorgue en 2016
• Confis toi, illustrations d’un recueil de poésie de Mylène Vignon, paru aux Editions Unicité 2016
• Assiettes en céramique peinte, exposées à la galerie Planète Rouge Paris 2017
• Comme Un /numéro 6, ouvrage poétique paru aux éditions Area avec Pascal Aubier 2017
• Noires silhouettes à L’Isle sur la Sorgue, galerie Retour de voyage 2017
• L’Est éveillé, L’ouest émerveillé au Centre d’Art International de Pékin 2017
• Les Quatre Petites Filles avec Pascal Aubier aux Editions l’Œil de la femme à barbe 2017
• Confitures Libertines, ouvrage de bibliophilie paru aux éditions du Renard Pâle et l’atelier Pasnic avec Mylène Vignon 2017
• Cagliari je t’aime, exposition collective 2017
• Noirs de femmes sur papier asiatique 2017
• Carnet de voyage « Retour de Chine » exposé à la Mairie du 10e à Paris 2017
• Exposition collective avec Area au Chambon-sur-Lignon 2017
• Oséaoût avec MVMA exposition collective, galerie Area « Cette étrange idée du beau » Paris 2017

RÉPONDRE

Merci de renseigner votre commentaire
Merci de renseigner votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.