Opéra Garnier : Bérénice d’après Michael Jarrell

0
7


Titus, qui aimait passionnément Bérénice, la renvoya de Rome « malgré lui, et malgré elle », raconte Suétone. De ce récit fameux, Racine fit le coeur d’une tragédie sans égale, Bérénice, dont la simplicité d’action constitua l’un des enjeux d’écriture. Titus et Bérénice s’aiment, tentent et refusent de se comprendre sous les yeux d’Antiochus, amoureux sans espoir. En se saisissant aujourd’hui de la « tristesse majestueuse » de ces alexandrins, parmi les plus grands vers de la langue française, Michael Jarrell magnifie la puissance des mots et en fait le vecteur d’identités et d’espaces sans cesse questionnés, de Rome à Jérusalem.

Palais Garnier – du 26 septembre au 17 octobre 2018

RÉPONDRE

Merci de renseigner votre commentaire
Merci de renseigner votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.