Qui est le père Yannick Lallemand?

0
17

Aumônier à la Maison Mère depuis 2007, le père Yannick Lallemand sert comme officier du contingent en Algérie à partir de juillet 1958 en tant que chef de section dans un commando de chasse. Il s’y distingue rapidement et finit la guerre d’Algérie avec le grade de lieutenant de réserve et deux citations.

Répondant à sa vocation religieuse, il entre alors dans les ordres, comme prêtre à Châtellerault. Aumônier militaire à Chambéry en 1970 au profit des 7ème et 13ème BCA, il prend en compte les unités stationnées en Corse de 1975 à 1981, parmi lesquelles le 2ème REI et le 2ème REP avec lesquel il saute sur Kolwezi.

Engagé de nouveau à Beyrouth en 1983 il est cité entre autres pour son obstination à rechercher les parachutistes ensevelis sous les décombres de l’immeuble Drakkar. De même en 1984 et en 1986, il est au Tchad pour les opérations Manta et Epervier au cours desquelles il est encore cité. Mais touché par le sort des militaires locaux, il quitte l’armée française et devient aumônier catholique de l’armée tchadienne pendant 10 ans.

A son retour en France, il dessert la garnison de Montpellier puis celle de Castelnaudary au sein du 4ème Etranger pendant six années. Atteint par l’âge de la retraite en 2002, il poursuit depuis cette date son ministère de façon bénévole.

Elevé au grade de commandeur de la Légion d’honneur depuis quelques jours, titulaire de quatre citations, le père Lallemand continue à 75 ans de susciter l’admiration de toute la communauté légionnaire.

jeudi 15 février 2018, sur la Voie sacrée, devant le monument aux morts et au pied de Garlaban, un Commandeur de la Légion d’Honneur nous a quittés, fier de la devise qui l’a guidé depuis le premier jour : « celui qui veut être le plus grand, qu’il se fasse le serviteur de tous ! »

RÉPONDRE

Merci de renseigner votre commentaire
Merci de renseigner votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.