Sœurs d’armes: des vétérans de Syrie au cœur de l’action

0
8

L’histoire de Zara, une jeune femme yazidie qui, après avoir été enlevée et faite esclave par un djiadiste britannique converti, parvient à se sauver et rejoint une brigade de femmes combattantes qui tente de renverser le régime djiadiste.  

Sœurs d’armes obtient un accueil mitigé de la presse française. Avec dix-huit critiques presse, l’agrégateur d’Allociné propose une note moyenne de 2,3/5.

Libération estime que Caroline Fourest « tente de rendre hommage aux combattantes kurdes dans un film de fiction équivoque et embarrassant », ajoutant qu’elle « assume de dérouler avec Sœurs d’armes le tapis rouge d’une catharsis compassionnelle de chaque instant, quitte à respirer l’air vicié du film de propagande, où les conflits les plus complexes trouvent une représentation résolument binaire, filmée-jouée-montée au bazooka, afin que la revanche ainsi mimée ressemble à la justice des faibles contre les bourreaux »

RÉPONDRE

Merci de renseigner votre commentaire
Merci de renseigner votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.